Système bancaire et financier - Présentation

L’activité bancaire et financière de la Guadeloupe s’organise autour de différents réseaux d’établissements de crédit et assimilés, installés localement (ECIL) ou non (ECNIL) .

L’ordonnance n° 2013-544 du 27 juin 2013 a modifié le statut d’établissement de crédit et institué le statut de société de financement. À l’exception de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) qui dispose d’un statut particulier , les établissements du secteur bancaire agréés par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) relèvent depuis 2014 de l’un des trois principaux statuts juridiques suivants :

  • établissements de crédit : banques commerciales affiliées à l’Association Française des Banques (AFB) et banques mutualistes et coopératives ;
  • sociétés de financement ;
  • établissements de crédit spécialisés.

En Guadeloupe, l’année 2015 a été marquée par l’intégration de BFC-AG au réseau LCL et par l’absorption de CRCMMOM par la BRED.

La place bancaire totalise 20 établissements bancaires au 31 décembre 2015, contre 21 en 2014 :

Des établissements de crédit non installés localement (ECNIL) interviennent également en Guadeloupe depuis la France hexagonale. Ils financent essentiellement les entreprises et les collectivités locales.

En 2015, les effectifs des établissements de crédit locaux (hors La Banque Postale) s’affichent en baisse pour atteindre 1 724 personnes.

Cette évolution est en lien avec les récentes réorganisations et restructurations opérées sur la place bancaire locale.

Le repli est plus marqué pour les banques AFB (-7,6 % soit -57 personnes, contre -2,1 % en 2014) que celui enregistré par le réseau mutualiste (-3,3 % soit -27 personnes, après -0,5 % un an plus tôt). Les autres établissements y compris les sociétés de financement affichent pour leur part une hausse de leurs effectifs (+5,9 % soit +19 personnes, contre -34 % l’année précédente).

Par ailleurs, sur la place bancaire guadeloupéenne, la concentration du marché du crédit et de la collecte de dépôts est élevée en dépit du nombre important d’établissements de crédit qui interviennent. Le marché de la collecte s’avère plus concentré que celui du crédit : en 2015, les parts de marché des trois principaux établissements de crédit s’établissent à 55,8 % sur la collecte de dépôts et à 49,5 % sur l’octroi de crédits. En 2015, la concentration sur le marché du crédit a diminué de 1,1 point par rapport à 2011, soulignant une concurrence plus forte. En revanche, la concentration du marché de la collecte de dépôts s’est accrue de 1,1 point.

  1. Guadeloupe  
  2. Saint-Barthélemy  
  3. Saint-Martin  
  4. Martinique  
  5. Guyane  
  6. Saint-Pierre-et-Miquelon  
  7. Accueil site  
  8. Mayotte  
  9. La Réunion