La lettre de l'Institut d'émission
N°311 - Mai 2018

 

 La voix des Banques centrales

Perspectives de l’économie mondiale du FMI d’avril 2018

L’expansion économique mondiale qui a débuté aux environs du milieu de l’année 2016 est devenue plus large et plus vigoureuse. Ce nouveau rapport sur les Perspectives de l’économie mondiale prévoit que le groupe des pays avancés continuera d’enregistrer une croissance supérieure au potentiel cette année et l’année prochaine avant de connaître un ralentissement, tandis que la croissance dans les pays émergents et les pays en développement s’accélérera avant de se stabiliser. Pour la plupart des pays, les taux de croissance favorables actuels ne dureront pas. Les dirigeants doivent profiter de l’occasion pour affermir la croissance, la rendre plus durable et mieux s’équiper pour faire face à la prochaine récession [...].

Lire la suite

 Informations économiques et financières

Taux bancaires et cours des devises

Nouvelle publication des Instituts d’émission : Tableau de bord des Outre-mer

L’Institut d’Émission des Départements d’Outre-mer et l’Institut d’Émission d’Outre-mer publient la première édition du Tableau de bord des indicateurs macroéconomiques et monétaires des Outre-mer. Celui-ci rassemble, dans un même document, les principaux indicateurs structurels, conjoncturels et monétaires communs aux géographies d’intervention des Instituts d’émission [...]. Article introductif par François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Blog-Notes Eco de la Banque de France : Part du travail dans la valeur ajoutée : un diagnostic difficile

Les évolutions du partage de la valeur ajoutée font l’objet de nombreux débats. En France, le diagnostic dépend largement du champ plus ou moins agrégé sur lequel porte l’analyse et il diffère selon les branches, avec depuis la crise une poursuite de la hausse de la part du travail dans les services marchands et un repli à la baisse dans l’industrie [...].

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Publication de la Banque de France : Revue de la stabilité financière n°22 d’avril 2018 - La finance hors banques, tendances et enjeux

La crise financière mondiale de 2007-2008 a mis en évidence le rôle éminent du système d’intermédiation financière, constitué en dehors du système bancaire traditionnel, dénommé shadow banking, et tenu en partie pour responsable de la montée des déséquilibres financiers. Depuis, l’essor de la finance non bancaire s’est poursuivi, tiré notamment par la croissance de la gestion d’actifs et l’arrivée, ou le retour, d’entités non bancaires dans des domaines d’activité traditionnellement occupés par les banques [...]. Article introductif par François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France.

Lire la suite

 Actualités de l’Institut et suivi de place

Le nombre de dossiers de surendettement baisse, les défaillances d’entreprises augmentent en 2017

Sur l’année 2017, le nombre de dossiers déposés à la Commission de surendettement se réduit de 5,2 % et s’établit à 1 215. Parmi ces derniers, 1 077 ont été jugés recevables. La commission a ouvert une procédure de rétablissement personnel pour 42 % d’entre eux. En parallèle, le nombre de personnes physiques interdites bancaires diminue de 5,4 %. À l’inverse, la vulnérabilité des entreprises semble se dégrader. Le nombre d’impayés sur effets de commerce progresse de 6,0 % en glissement annuel. En dépit de cette hausse, le montant total d’impayés s’inscrit en baisse de 5,7 %, se traduisant par une contraction de 13,2 % du montant moyen. Il est à noter que les effets de commerce sont aujourd’hui moins utilisés que par le passé. Le nombre de défaillances d’entreprise augmente également de 14,2 %. Les défaillances progressent dans quasiment tous les secteurs d’activité, et plus particulièrement le commerce et la réparation qui contribuent pour 41 % à cette évolution.

. . . . . . . . . . . .

Une sinistralité en baisse en 2017

Pour la cinquième année consécutive, les créances douteuses brutes portées par les établissements de crédit installés localement (ECIL) se réduisent ( 7,4 % en 2017, soit 58 millions d’euros). En lien notamment avec les cessions de créances compromises à des cabinets de recouvrement spécialisés, l’encours a baissé de 300 millions d’euros depuis fin 2012, et s’établit désormais à 733,3 millions d’euros. Le taux de créances douteuses s’établit à 3,5 % des encours bruts totaux fin 2017, contre 6,0 % au plus haut en 2012 (y compris les encours des prêteurs institutionnels, qui ne déclarent pas de douteux). Le taux de provisionnement des créances douteuses des ECIL continue de diminuer pour s’établir à 53,6 % à la fin 2017, contre 56,4 % un an auparavant et 64 % en 2014.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Progression des actifs financiers à La Réunion en 2017

Les actifs financiers détenus par les agents économiques réunionnais dépassent les 14 milliards d’euros d’encours fin 2017. Ils s’approchent même des 14,5 milliards d’euros, en prenant en compte les actifs d’un établissement qui, jusque là, déclarait des encours réunionnais en France métropolitaine . Sans cet effet, la croissance sur l’année 2017 s’établirait à 4,5 % (et à +7,3 % en incluant cet effet), soit le rythme de progression le plus soutenu depuis la crise. Dans un contexte de taux d’intérêt faibles et de taux de marché légèrement négatifs, les agents économiques réunionnais continuent de privilégier la liquidité, mais cherchent également des placements plus rémunérateurs, sans risque.

Lire la suite

 Actualités économiques locales

Suivi de la demande touristique locale en 2017

L’Observatoire régional du tourisme vient de publier les résultats 2017 de l’enquête « Suivi de la demande touristique locale à La Réunion ». Le tourisme local génère près de 4,3 millions de nuitées marchandes, pour des recettes estimées à 417 millions d’euros. Les visiteurs à la journée (excursionnistes) ont réalisé plus de 21,8 millions excursions dont 4,1 millions d’activités payantes. Ces dernières ont généré 284 millions d’euros de dépenses. Les excursions se font le plus souvent pour motifs de loisirs, mais une excursion sur cinq est l’occasion de rendre visite à des proches ou participer à un événement familial. Au total, les dépenses du tourisme local sont estimées à 700 millions d’euros, soit plus de la moitié des dépenses des touristes extérieurs.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Bons chiffres du tourisme pour le premier trimestre 2018

Au cours du premier trimestre 2018, 128 388 visiteurs extérieurs ont été accueillis sur l’île, soit une fréquentation en hausse de 16,8 % par rapport à la même période en 2017. 81 % des touristes extérieurs proviennent de France métropolitaine et 12 % de l’océan Indien (majoritairement de l’île Maurice et de Mayotte). Le tourisme d’agrément représente plus de la moitié de la fréquentation touristique totale, au premier rang devant le tourisme affinitaire (40 %) et la clientèle d’affaires (7 %).

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Hausse du nombre de demandeurs d’emploi au premier trimestre 2018

Au premier trimestre 2018, La Réunion compte 137 670 demandeurs d’emploi de catégorie A (personnes tenues de rechercher un emploi et sans activité), soit une hausse de 2,5 % par rapport au 4e trimestre 2017 et de +0,7 % en glissement annuel. Pour la France entière, ce chiffre baisse de 0,9 % sur un trimestre et de 1,2 % sur un an. Sur l’île, le nombre de demandeurs d’emploi de catégories A, B et C (personnes tenues de rechercher un emploi, ayant ou non exercé une activité dans le mois) s’élève à 165 140. Il augmente de 1,4 % sur trois mois (+0,0 % en France entière).

Lire la suite