La lettre de l'Institut d'émission
- Février 2018

 
Accéder directement aux informations de :
Guadeloupe | Guyane | Martinique | Mayotte | La Réunion

 La voix des Banques centrales

L’économie bleue dans l’Outre-mer

L’Institut d’Émission des Départements d’Outre-mer et l’Institut d’Émission d’Outre-mer publient une étude dressant un état des lieux de l’économie bleue dans l’Outre-mer, qui clôture une série de publications sur ce thème. Au regard du poids encore limité des activités maritimes dans les géographies ultramarines, l’étude souligne le potentiel de développement d’un certain nombre de secteurs. Après une première partie qui revient sur le poids – encore limité – des activités maritimes dans les géographies ultramarines (2,4 % de l’emploi marchand et 8 800 entreprises, soit 3,5 % du tissu entrepreneurial marchand en 2015), cette étude présente un tour d’horizon des enjeux des principaux secteurs bleus. Elle souligne tout d’abord la volonté de positionnement des Outre-mer dans le transport maritime international de marchandises et les nombreux investissements portuaires réalisés en ce sens. Puis, elle aborde le secteur primaire - avec comme activités emblématiques la pêche thonière, la perle polynésienne ou encore la crevette bleue de Nouvelle-Calédonie -qui fait face a de nombreuses difficultés, notamment en raison de l’absence de structuration du secteur. La note revient ensuite sur l’essor du tourisme bleu : la croisière, qui connait une nouvelle embellie, et la plaisance, dont l’attractivité reste à renforcer. Enfin, l’étude se conclut par un aperçu des filières émergentes, dont les potentiels demeurent à concrétiser.

Lire la suite

 Informations économiques et financières

Taux bancaires et cours des devises

FMI : Mise à jour des perspectives de l’économie mondiale de Janvier 2018

L’activité économique mondiale continue de s’affermir. Selon les estimations, la production mondiale a progressé de 3,7 % en 2017, soit 0,1 point de plus que prévu à l’automne dernier et ½ point de plus qu’en 2016. Cette accélération de la croissance est généralisée, avec des révisions à la hausse notables en Europe et en Asie. Les prévisions de croissance mondiale en 2018 et en 2019 ont été révisées à la hausse de 0,2 point, à 3,9 %, en raison d’une dynamique de croissance plus forte.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Blog-notes éco de la Banque de France : Assouplissement quantitatif - la politique du chacun pour soi ?

La politique monétaire non conventionnelle a rouvert le débat sur la guerre des monnaies. La Réserve fédérale américaine a commencé la normalisation de son bilan ; ceci a suscité la crainte de répercussions internationales. Toutefois, les effets des politiques conventionnelles et non conventionnelles sont peu différents. Une plus grande coordination internationale n’est donc ni plus ni moins appropriée avec deux instruments qu’avec un seul.

Lire la suite
 

 Actualités de l’Institut et suivi de place

Publication des Premières Tendances conjoncturelles du 4e trimestre 2017

Au quatrième trimestre 2017, l’indicateur du climat des affaires (ICA) s’inscrit en baisse de 0,9 point par rapport au trimestre précédent. Il s’écarte davantage de sa moyenne de longue période (-4,7 points) et s’établit à 95,3. Les anticipations négatives portées par les chefs d’entreprise sur le début d’année 2018 expliquent essentiellement cette diminution. La dégradation des soldes d’opinion relatifs à l’activité du premier trimestre 2018, aux délais de paiement et à l’évolution des prix pèse particulièrement sur l’indicateur.

 Actualités économiques locales

Un plan d’investissement de 71 millions d’euros adopté pour la gestion de l’eau

La Guadeloupe est confrontée à des problèmes récurrents d’alimentation en eau potable. Les difficultés de gouvernance du secteur de la distribution ont entraîné un défaut majeur d’entretien et de renouvellement des infrastructures, conduisant à d’importants taux de fuite, une grande fragilité du réseau et des problèmes de recouvrement. Le 1er février, la conférence territoriale de l’action publique a adopté un plan d’investissement d’urgence de 71 millions d’euros sur deux ans confirmant ainsi l’engagement des communautés d’agglomération et de communes, du Département, de la Région et de l’État dans ce dossier prioritaire. Cet investissement s’inscrit dans un plan global estimé à 600 millions d’euros pour remettre en état les réseaux de distribution d’eau.

. . . . . . . . . . . .

Le transport aéroportuaire et maritime en hausse en 2017

L’année 2017 a été prolifique pour le transport en Guadeloupe. Le trafic de passagers a augmenté de 4,8 % à l’aéroport Guadeloupe Pôle Caraïbes et de 7,2 % à Guadeloupe Port Caraïbes. Ce dernier a enrigistré une hausse de 15,7 % du nombre de croisiéristes sur l’année, bénéficiant de la redistribution des visiteurs des îles du Nord après le passage de l’ouragan Irma. Concernant le fret, la quantité de marchandises transportées a augmenté de 13,3 % (11 939 tonnes) à l’aéroport tandis qu’elle a baissé de 0,4 % au port (3 705 516 tonnes).

. . . . . . . . . . . .

Une année 2017 favorable au marché automobile

Plus de 18 500 immatriculations de véhicules ont été enregistrées au cours de l’année 2017, soit une augmentation de plus 13 % par rapport à 2016. Le volume des ventes de véhicules neufs atteint un niveau inégalé depuis 2007. Selon les professionnels du secteur, cette tendance haussière ne devrait pas se poursuivre sur l’année 2018.

source : guadeloupe 1re

Conjoncture et prix à la consommation : l’Insee publie

 Actualités économiques régionales

Visite du président Gibbs à Paris, le président de la République s’engage à intervenir auprès des assureurs

Le chef de l’État a reçu le président du conseil territorial de Saint-Martin, Daniel Gibbs, le mardi 30 janvier en présence de la ministre des Outre-mer, Annick Girardin. Lors de cette rencontre, M. Macron a annoncé son intention d’intervenir auprès des assureurs pour obtenir l’accélération des dossiers saint-martinois en attente dès le 1er mars 2018. Ces discussions ont également permis de faire avancer le plan pluriannuel d’investissement et de rattrapage (PPIR) qui sera présenté à l’occasion du 5e comité interministériel pour la reconstruction de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, le 12 mars prochain. Pour rappel, ce plan est destiné à la reconstruction des bâtiments publics : la préfecture, les bâtiments de la Collectivité, les écoles, la gendarmerie, l’hôpital ou encore l’Ephad. Comme entendu durant ces discussions, la Commission européenne a débloqué une ligne de crédit pour appuyer la relance économique du territoire dans le cadre du Fonds de solidarité de l’Union européenne (FSUE) ; l’enveloppe s’élève à 49 millions d’euros pour Saint-Martin et la Guadeloupe et comprend l’avance de 5 millions déjà versée en décembre 2017.

. . . . . . . . . . . .

L’impact d’Irma sur le littoral de Saint-Martin en carte

Après le passage de l’ouragan Irma, le centre d’expertise pour les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA) a réalisé plusieurs cartes de Saint-Martin afin de rendre compte des hauteurs de submersions marines et de l’érosion du littoral. Cette cartographie sert de support de réflexion pour la reconstruction de l’île et la révision du plan de prévention des risques naturels.

Redirection vers la publication du CEREMA

. . . . . . . . . . . .

Saint-Barthélemy, le trafic aéroportuaire de 2017 fortement affecté par le passage d’Irma

En 2017, 162 234 passagers ont été accueillis à l’aéroport de Saint-Barthélemy. Le trafic annuel a diminué de 12 % à cause de l’ouragan Irma. Il était en progression de 0,3 % entre janvier et août avant de chuter brutalement de septembre à décembre. Bien que les mouvements nationaux aient augmenté de 2,4 %, soutenus par les échanges avec l’aéroport Guadeloupe Pôle Caraïbes, le trafic international a fortement diminué (-16,7 %). Le fret accuse également une baisse de 11,1 % sur l’année avec 210,3 tonnes de marchandises transportées.

 

 Actualités de l’Institut et suivi de place

Signature de conventions de partenariat entre l’IEDOM, l’Académie de Guyane et l’EGC :

A l’occasion de sa mission en Guyane, Madame Marie-Anne Poussin Delmas, présidente de l’IEDOM, a signé deux conventions de partenariat.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Situation du surendettement au mois de Janvier 2018

En janvier 2018, la commission a été saisie de 11 situations de surendettement.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

La Guyane pourra directement délivrer des permis miniers en mer

Le décret n°2018-62 du 2 février 2018 précise que les compétences en matière de délivrance et de gestion des titres miniers en mer en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à La Réunion et à Mayotte, relèvent désormais des collectivités ou régions de ces territoires.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Signature du plan CO.RAIL II

Suite à la crise sociale qu’a connu la Guyane en mars/avril 2017 et dans le cadre des accords sectoriels conclus, il a été acté la mise en place d’un plan pour accompagner les petites entreprises en difficultés.

Lire la suite

 Actualités économiques locales

Nette hausse de la création d’entreprises au 3e trimestre 2017, qui se confirme au 4e trimestre.

Selon l’Insee, en Guyane, au troisième trimestre 2017, le nombre de créations d’entreprises rebondit nettement avec 359 entreprises de créées, soit une augmentation de 35,5% par rapport au trimestre précédent.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Hausse des prix de 0,9% en décembre 2017 et de 1,4% sur un an

Après une stabilité des prix en octobre, les prix à la consommation des ménages en Guyane augmentent (1,1 %) en décembre selon l’INSEE.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Évolution du prix des carburants et du gaz

L’arrêté préfectoral applicable au 1er février 2018 établit le prix de vente au détail pour le gazole à 1,39 €/litre (+3 centimes) et à 1,58 €/litre pour l’essence (+4 centimes).

Lire la suite

 Actualités économiques régionales

Brésil : la production industrielle a progressé de 2,5% en 2017

La production industrielle a progressé au Brésil en 2017 pour la première fois en quatre ans, avec une hausse de 2,5%, a annoncé l’institut officiel des statistiques IBGE.

Lire la suite
 

 Actualités de l’Institut et suivi de place

Baisse des émissions nettes de billets et de pièces en 2017

Avec 60,3 millions de billets émis et 59,2 millions de billets retournés à l’IEDOM en 2017, l’émission nette annuelle s’élève à 1,2 million, en retrait de 10,0 % sur un an. Plus de la moitié des billets échangés sont des coupures de 20 euros (53 % des prélèvements et versements). S’agissant des pièces, le nombre de pièces émises s’établit à 16,7 millions d’unités tandis que le nombre de pièces retournées à l’IEDOM atteint 3,6 millions d’unités. L’émission nette annuelle de pièces s’élève ainsi à 13,2 millions d’unités, en baisse de 3,0 % par rapport à 2016. Représentant 64,0 % des émissions, les « pièces rouges » constituent les principales pièces mises en circulation.

. . . . . . . . . . . .

Enquête qualitative auprès des banques pour le 4ème trimestre 2017

L’IEDOM a publié son Enquête qualitative auprès des banques pour le 4ème trimestre 2017. Selon cette dernière, la demande de crédits des entreprises et professionnels demeure bien orientée en fin d’année 2017, tant à court terme qu’à long terme. D’après les prévisions, la hausse de la demande de crédits devrait se poursuivre au premier trimestre 2018. Chez les ménages, la demande de crédits continue de progresser en fin d’année 2017, bien qu’à un rythme moins soutenu qu’aux trimestres précédents. Les crédits à l’habitat sont en légère progression tandis que les crédits à la consommation sont quasiment stables.

 Actualités économiques locales

Hausse de l’activité du Grand Port Maritime de Martinique en 2017

Le 30 janvier 2017, s’est tenue la première conférence de conjoncture portuaire en Martinique. Le Grand Port Maritime de la Martinique dresse un bilan positif pour l’année 2017 avec un nombre d’escales en hausse de 10 %, qui s’est établi à 1 770. Le tonnage de marchandises (entrées + sorties) a augmenté de 9 % en 2017. Le nombre de passagers a progressé de 34 % pour dépasser le million, tiré à la hausse par le nombre de croisiéristes (+ 37 %). Néanmoins, l’activité pétrolière a subi une baisse de 16 % du tonnage, en raison notamment de plusieurs arrêts techniques de la SARA.

. . . . . . . . . . . .

Inflation : hausse des prix de 0,6 % en moyenne sur l’année 2017

Sur l’année 2017, l’indice des prix à la consommation a progressé de 0,6 % en moyenne. Cette stagnation reflète des évolutions contrastées des prix selon les produits. En effet, les prix de l’énergie ont particulièrement progressé, à +7,4 % en moyenne annuelle, en raison de l’augmentation des prix des produits pétroliers (+10,8 %), en lien avec le retour à la hausse du cours du baril de Brent. Les prix de l’alimentation ont également augmenté, à +1,1 %, tirés à la hausse par les prix des produits frais (+3,8 %). A contrario, les prix des produits manufacturés ont reculé, avec une baisse sensible des prix de l’habillement (-5,1 % en moyenne sur l’année) et des produits de santé (-2,9 %). Enfin, les prix des services sont restés stables (+0,4 %).

Publications de notes de l’INSEE

L’INSEE a récemment mis en ligne plusieurs publications, notamment concernant la fréquentation hôtelière au deuxième trimestre 2017 et les créations d’entreprises au troisième trimestre 2017.

 Actualités économiques régionales

Prévisions de croissance 2018 de la Banque Caribéenne de Développement

Le 7 février 2017, la Banque Caribéenne de Développement a présenté ses prévisions de croissance pour 2018 concernant l’ensemble de ses 19 pays membres emprunteurs. Elle projette une croissance de 2,0 % pour la région en 2018, après une croissance de 0,6 % en 2017, malgré les dégâts causés par la saison cyclonique. Elle est principalement tirée par le retour à la croissance de Trinité-et-Tobago et par la hausse du PIB de 2,3 % en Jamaïque, qui représente environ un cinquième du PIB régional. Les pays affectés par les ouragans Irma et Maria devraient connaître les croissances les plus élevées en 2018, tirées à la hausse par les travaux de reconstruction, à l’instar d’Anguilla (+7,0 %), de la Dominique (+6,4 %), d’Antigua (+5,3 %) et des Îles Turques-et-Caïques (+4,4 %). Des informations supplémentaires sont disponibles sur le site web de la Banque Caribéenne de Développement.

 

 Actualités de l’Institut et suivi de place

Émissions nettes cumulées de billets (en millions d’euros)

En janvier 2018, les émissions nettes cumulées de billets augmentent de 1,0 million d’euros, après une hausse de 21,8 millions d’euros le mois précédent. Elles s’établissent à 1,275 milliard d’euros, soit une progression annuelle de 14,7 %.

Lire la suite

 Actualités économiques locales

Le Prêt développement Outre-mer (PDOM), un outil financier au service des PME

Depuis juillet 2017, les Petites et moyennes entreprises (PME) de Guadeloupe, Guyane, Martinique, Mayotte, Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Martin et La Réunion peuvent bénéficier du PDOM, un prêt renforçant leurs fonds de roulement et finançant leurs investissements. Délivré par Bpifrance, representé par l’Agence française de développement (AFD) à Mayotte, le prêt, dont le montant est compris entre 10 000 et 300 000 euros, ne peut excéder le montant des fonds propres de l’entreprise et s’étale sur cinq ans.

Pour plus d’informations sur les conditions d’éligibilité, cliquer ici.

. . . . . . . . . . . .

Première convention de financement entre l’AFD et une intercommunalité

Afin de soutenir les politiques d’investissement des communes, une convention de prêt d’un montant de 500 000 euros a été signée entre l’AFD et l’intercommunalité de Petite-Terre (CCPT). Ce prêt finance les travaux de rénovation de la voirie de Petite-Terre et renforce la sécurité des espaces piétons. Dotée d’un outil de pilotage pluriannuel des investissements, la CCPT est la première intercommunalité mahoraise accompagnée par l’AFD.

. . . . . . . . . . . .

La croissance des créations d’entreprise à Mayotte est vigoureuse

En 2017, le nombre de créations d’entreprises s’accroît dans toutes les régions, excepté en Martinique et en Guyane. Avec une croissance de 16,4 % (contre une diminution de 3,4 % en 2016), Mayotte se place en tête des régions dans la création d’entreprise, devant l’Île de France. Celle-ci contribue pour près de la moitié à l’augmentation globale (+16 300 créations, soit une hausse de 10 % par rapport à 2016).

Pour plus d’informations, cliquer ici.

. . . . . . . . . . . .

Diminution de certains taux d’octroi de mer

Le département a voté un programme de mesures afin de dynamiser l’économie mahoraise. Celui-ci se décline en trois mesures :
1. Les exonérations sur les importations de matières premières et des biens d’équipement, profitant à certains secteurs, se poursuivront pour deux années supplémentaires,
2. Les taux d’octroi de mer des produits fixés à 30 % vont passer à 20 %, permettant une diminution des prix sur les produits manufacturés et de l’alimentation,
3. La suppression du taux de l’octroi de mer sur l’eau minérale, comme l’avait préconisé le ministère des Outre-mer.

. . . . . . . . . . . .

Selon l’INSEE, 2/3 des entreprises marchandes sont informelles

Dans l’enquête sur les entreprises mahoraises en 2015 qui s’intitule « De nombreuses entreprises informelles pour peu de richesse créée », l’Institut nationale de la statistique et des études économiques (INSEE) s’intéresse à l’économie informelle dans le secteur marchand (hors entreprises financières et agriculture). Malgré leur place prépondérante dans l’économie mahoraise, les entreprises informelles ne génèrent que 9 % de la valeur ajoutée de l’ensemble des entreprises en raison d’un faible niveau de productivité et d’investissement.

Pour plus d’informations, l’enquête est disponible en cliquant ici.

. . . . . . . . . . . .

La valeur ajoutée des entreprises mahoraises augmente

Sur la base de leur enquête sur les entreprises mahoraises, l’INSEE, dans la publication qui s’intitule « Les entreprises formelles génèrent 525 millions d’euros de richesse », estime qu’en 2015 la valeur ajoutée dégagée par les entreprises marchandes mahoraises est de 525 millions d’euros, soit 17 % de plus qu’en 2013, pour un chiffre d’affaires de 1,64 milliard d’euros. Ces entreprises salarient 11 410 personnes en équivalent temps plein. Leur investissement s’élève à 106 millions d’euros. Entre 2013 et 2015, on compte autant d’entreprises ayant augmenté leur valeur ajoutée que d’entreprises où celle-ci a diminué. Les entreprises sans salarié sont particulièrement en repli sur cette période, puisque pour les trois quarts d’entre elles, la valeur ajoutée baisse.

Pour plus d’informations, l’enquête est disponible en cliquant ici.

. . . . . . . . . . . .

Une mesure officielle en faveur des PME locales

Un décret publié vendredi 2 février au Journal officiel permet aux petites entreprises d’outre-mer de mieux bénéficier de la commande publique, en obligeant les grandes entreprises qui participent à un marché public de plus de 500.000 euros à présenter un plan de sous-traitance aux PME locales. Cette mesure, menée à titre expérimental pour cinq ans, s’inscrit dans la loi égalité réelle Outre-mer (Erom), adoptée en février 2017.

Pour plus d’informations, le décret est disponible en cliquant ici.

. . . . . . . . . . . .

Le chômage recule pour la première fois depuis 2009

L’INSEE publie l’enquête emploi à Mayotte en 2017 qui s’intitule « Une hausse de l’emploi qui profite aux femmes ». Au 2ème trimestre 2017, 48 900 Mahorais ont un emploi, soit 3 500 de plus en glissement annuel. L’emploi progresse dans la fonction publique et pour les non-salariés du secteur privé. Les femmes en sont les premières bénéficiaires. En parallèle, après deux années de forte hausse, le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) [1] recule légèrement entre 2016 et 2017, pour s’établir à 26 %. Il baisse nettement pour les femmes, mais reste stable pour les hommes. Quant au « halo autour du chômage » [2] , il diminue de nouveau : 16 % des Mahorais, soit 21 900 personnes (-2 200 par rapport à 2016), souhaitent travailler mais ne sont pas considérés comme chômeurs au sens du BIT. En 2009, ils étaient près de deux fois plus nombreux.

Pour plus d’informations, l’enquête est disponible en cliquant ici.

 

 Actualités de l’Institut et suivi de place

l’ICA porté par un vent d’optimisme

L’indicateur du climat des affaires (ICA), qui traduit l’opinion des chefs d’entreprise interrogés sur la conjoncture progresse très nettement au quatrième trimestre 2017 (+7,4 points). Il atteint 108 points, son plus haut niveau depuis dix ans. Bien au-dessus de sa moyenne de longue période, il reste néanmoins en deçà des niveaux observés entre 2005 et 2007, années de forte croissance. Cet élan d’optimisme, qui demande à être confirmé dans les prochaines enquêtes, est porté par la plupart des composantes et notamment l’activité, les effectifs et dans une moindre mesure la trésorerie du prochain trimestre.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

L’enquête qualitative auprès des banques

L’IEDOM réalise une enquête trimestrielle qualitative auprès des dirigeants des principaux établissements de crédit installés localement. Cette enquête vise à appréhender les évolutions de la distribution des crédits et de la collecte de dépôts auprès de plusieurs segments de clientèle : les entreprises, les professionnels et les ménages. L’enquête du 4e trimestre 2017 révèle une nouvelle progression de la demande de crédits des entreprises et des professionnels. En parallèle, la collecte de dépôts auprès de ces agents est toujours bien orientée. La demande de crédits à l’habitat des ménages accélère fortement sur ce trimestre.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

La construction du paysage bancaire depuis 1946

L’Institut d’émission des départements d’outre-mer (IEDOM) publie une note sur l’histoire de la construction du paysage bancaire à La Réunion. Cette note retrace les changements structurels et opérationnels du système bancaire depuis la départementalisation. Elle intègre également une chronologie retraçant l’évolution de la politique monétaire et de la construction du réseau bancaire. Le réseau bancaire et le métier de banquier d’aujourd’hui sont loin de ce qu’ils étaient au moment de la départementalisation. L’émergence des Fintech, de la Blockchain, les évolutions règlementaires et prudentielles (Bâle III, LAB, KYC...) changent le modèle de la banque de détails ainsi que la portée et les modalités du financement de l’économie.

Lire la suite

 Actualités économiques locales

Neuf ménages en emploi sur dix possèdent une voiture

En 2014, 71 % des ménages réunionnais sont équipés d’au moins une voiture, contre 84 % en moyenne pour la province métropolitaine. L’écart est principalement lié à un taux plus important de ménages sans revenu d’activité localement. 88 % des ménages au sein desquels au moins une personne dispose d’un emploi, possèdent une voiture. À l’opposé, 48 % des ménages dont aucun membre ne travaille sont équipés d’une voiture. Les taux d’équipements en véhicule automobile sont les plus bas dans la ville du Port et dans les communes isolées de Cilaos, Sainte-Rose et Salazie.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Hausse des créations d’entreprises

En 2017, La Réunion a connu 6 200 créations de nouvelles entreprises (+3 % sur l’année), en hausse pour la seconde année consécutive. Cette croissance est portée par une recrudescence des créations de micro-entreprises (+ 5 %, après – 5 % en 2016), tandis que le reste des immatriculations augmente plus modestement, de 2 %.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Les couples à La Réunion : davantage d’unions libres et peu de Pacs

En 2016, davantage de couples réunionnais vivant dans le même logement se tournent vers l’union libre qu’en métropole (28 % contre 20 %). Toutefois, seuls 3 % choisissent le Pacs, contre 7 % en métropole. Le type d’union est variable selon l’âge des conjoints : deux tiers des Réunionnais de moins de 30 ans vivant en couple sont en union libre, tandis qu’à partir de 35 ans le mariage devient le principal choix d’union. La forme de l’union dépend également du niveau de diplôme, de la catégorie socioprofessionnelle ou du nombre d’enfants.

Lire la suite