Secteur halieutique : dynamisme des investissements malgré une incertitude des stocks

Après la reprise du Pôle Pêche de Miquelon par l’armement Le Garrec en 2017, de nouveaux investissements sont en prévus en 2018 pour le secteur de la pêche industrielle. Le secteur de la pêche artisanale est aussi au centre d’une nouvelle dynamique avec la création prochaine d’une nouvelle coopérative ayant pour but l’acquisition de matériel dans de meilleures conditions.

Le secteur de la pêche industrielle bénéficie d’investissements dans de nouveaux navires. Ainsi, fin 2017, le navire de pêche le Beothuk a quitté l’archipel pour céder la place au Cap Marie, navire de pêche hauturière. Début 2018, l’acquisition d’un nouveau chalutier a été annoncée, ainsi le Stormhav, rebaptisé le Cap Jean, devrait rejoindre le groupe des Pêcheurs du Nord. L’objectif affiché de ces investissements est de remplir les quotas de pêche, jusqu’à présent non-atteints.

Pourtant, malgré le dynamisme des acteurs économiques, la stabilité du secteur halieutique est précaire. Effectivement les estimations sur l’évolution des stocks de morue de la zone 3PS affichent des résultats préoccupants avec une diminution continue des stocks jusqu’en 2020 selon le Secrétariat canadien de consultation scientifique. Ainsi, début 2018, le conseil consultatif des pêches franco-canadien a voté une réduction des quotas de morue de 8 % dans la zone 3PS après la réduction de 50 % l’an dernier.

  1. Guadeloupe  
  2. Saint-Barthélemy  
  3. Saint-Martin  
  4. Martinique  
  5. Guyane  
  6. Saint-Pierre-et-Miquelon  
  7. Accueil site  
  8. Mayotte  
  9. La Réunion