Face aux tensions de trésorerie qu’elles connaissent ou pourraient connaître à brève échéance, certaines entreprises ne sont plus en capacité d’honorer tout ou partie de leurs engagements fournisseurs antérieurs (rejets d’effets de commerce). Le plan de l’Etat et l’action demandée aux banques doivent permettre d’éviter ces tensions de trésorerie. Le maintien de la relation fournisseur et du crédit interentreprises est essentiel : chacun doit honorer ses engagements. Compte tenu du contexte de crise, l’IEDOM informe qu’à titre temporaire, ces incidents de paiements ne donneront lieu à aucune décote automatique.