FERMER

La Réunion

Actualités de l’Institut et suivi de place

23 05 18
Progression des actifs financiers à La Réunion en 2017
Progression des actifs financiers à La Réunion en 2017

Les actifs financiers détenus par les agents économiques réunionnais dépassent les 14 milliards d’euros d’encours fin 2017. Ils s’approchent même des 14,5 milliards d’euros, en prenant en compte les actifs d’un établissement qui, jusque là, déclarait des encours réunionnais en France métropolitaine . Sans cet effet, la croissance sur l’année 2017 s’établirait à 4,5 % (et à +7,3 % en incluant cet effet), soit le rythme de progression le plus soutenu depuis la crise. Dans un contexte de taux d’intérêt faibles et de taux de marché légèrement négatifs, les agents économiques réunionnais continuent de privilégier la liquidité, mais cherchent également des placements plus rémunérateurs, sans risque.

23 05 18
Une sinistralité en baisse en 2017
Une sinistralité en baisse en 2017

Pour la cinquième année consécutive, les créances douteuses brutes portées par les établissements de crédit installés localement (ECIL) se réduisent ( 7,4 % en 2017, soit 58 millions d’euros). En lien notamment avec les cessions de créances compromises à des cabinets de recouvrement spécialisés, l’encours a baissé de 300 millions d’euros depuis fin 2012, et s’établit désormais à 733,3 millions d’euros. Le taux de créances douteuses s’établit à 3,5 % des encours bruts totaux fin 2017, contre 6,0 % au plus haut en 2012 (y compris les encours des prêteurs institutionnels, qui ne déclarent pas de douteux). Le taux de provisionnement des créances douteuses des ECIL continue de diminuer pour s’établir à 53,6 % à la fin 2017, contre 56,4 % un an auparavant et 64 % en 2014.

23 05 18
Le nombre de dossiers de surendettement baisse, les défaillances d’entreprises augmentent en 2017
Le nombre de dossiers de surendettement baisse, les défaillances d’entreprises augmentent en

Sur l’année 2017, le nombre de dossiers déposés à la Commission de surendettement se réduit de 5,2 % et s’établit à 1 215. Parmi ces derniers, 1 077 ont été jugés recevables. La commission a ouvert une procédure de rétablissement personnel pour 42 % d’entre eux. En parallèle, le nombre de personnes physiques interdites bancaires diminue de 5,4 %. À l’inverse, la vulnérabilité des entreprises semble se dégrader. Le nombre d’impayés sur effets de commerce progresse de 6,0 % en glissement annuel. En dépit de cette hausse, le montant total d’impayés s’inscrit en baisse de 5,7 %, se traduisant par une contraction de 13,2 % du montant moyen. Il est à noter que les effets de commerce sont aujourd’hui moins utilisés que par le passé. Le nombre de défaillances d’entreprise augmente également de 14,2 %. Les défaillances progressent dans quasiment tous les secteurs d’activité, et plus particulièrement le commerce et la réparation qui contribuent pour 41 % à cette évolution.