Les Notes Expresses relatives à la Martinique - Portrait

Documents appelés à servir de référence pendant un laps de temps assez long (au moins un an).

On y trouve notamment les Panoramas, les Notes de synthèse annuelle dans une géographie.

31 octobre 2018
28 août 2018

Panorama de l’activité bancaire dans les DOM et les collectivités d’outre-mer de la zone euro en 2017

En 2017, le paysage bancaire continue sa mutation dans les départements français d’Amérique (DFA) et l’océan Indien et les projets de transformation des principaux groupes bancaires nationaux se poursuivent. En termes d’équipements bancaires, le maillage du territoire (appréhendé en mesurant le nombre d’habitants par guichet et par distributeur automatique) est globalement inférieur à celui de l’hexagone. De même, le niveau de bancarisation (nombre de comptes ordinaires par habitant) dans les départements et collectivités d’outre-mer de la zone euro (DCOM) reste en deçà de celui observé sur la France hexagonale, à l’exception de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Dans une conjoncture économique différenciée, mitigée dans la zone Antilles-Guyane et plus porteuse à La Réunion et à Mayotte, le niveau d’activité des banques étudiées augmente de manière soutenue (+5 % de total bilan). Porté par les crédits d’investissement aux entreprises, l’encours de crédits est en nette hausse dans les DFA (+6 %) et dans l’océan Indien (+4,5 %). De même, la collecte des dépôts progresse dans les deux zones (+4,2 % et +5,4 %, respectivement).

La qualité des portefeuilles de prêts se maintient ou s’améliore : le taux de créances douteuses reste stable à 6 % dans les DFA et diminue de 0,9 point à 5,2 % dans l’océan Indien.

Alors que le produit net bancaire (PNB) baisse de 0,9 % dans les DFA et de 0,3 % dans l’océan Indien, le résultat net des banques étudiées s’inscrit en forte hausse, de 18,7 % dans les DFA et de 19,3 % dans l’océan Indien. Cette hausse résulte principalement de la diminution du coût du risque, en lien avec la baisse des dotations aux provisions pour risques. Les conditions d’exploitation s’améliorent dans les DFA, avec un coefficient d’exploitation qui s’inscrit en baisse de 1 point, à 72,7 %. Elles se tassent dans l’océan Indien avec un coefficient d’exploitation qui augmente de 0,6 point, à 68,3 %. »

18 avril 2018

L'économie de la Martinique en 2017

En 2017, l’économie martiniquaise a, une nouvelle fois, fait preuve de résilience, mais sans trouver de véritable souffle. Dans ces conditions, l’indicateur du climat des affaires se situe, tout au long de l’année, autour de sa moyenne de longue période.

Le contexte macroéconomique est marqué par le maintien de l’investissement et la poursuite de la consommation des ménages. L’activité de financement continue sa progression, preuve du maintien d’un cycle économique positif. Les encours bancaires de crédits à la consommation des ménages et de crédits d’investissement des entreprises sont bien orientés.

Au niveau sectoriel, les évolutions sont très hétérogènes. Le secteur agricole subit les conséquences des aléas climatiques, tout comme les secteurs du BTP et de l’industrie, dont les problématiques seraient davantage structurelles. Inversement, le tourisme enregistre un nombre record de visiteurs.

03 avril 2018

Panorama de l’activité bancaire dans les DOM 2016

En 2016, le paysage bancaire continue sa mutation dans les départements français d’Amérique (DFA : Guyane, Guadeloupe, Martinique, Saint-Pierre-et-Miquelon) et l’océan Indien (La Réunion, Mayotte) et les projets de transformation des principaux groupes bancaires nationaux se poursuivent. Le maillage du territoire reste contrasté selon les géographies. Le niveau de bancarisation progresse dans l’ensemble des départements et collectivités d’outre-mer de la zone euro, mais reste inférieur à celui observé sur la France entière.

Le niveau d’activité des banques étudiées augmente. Porté par les crédits à l’habitat des ménages et pour les DFA par les crédits d’investissement aux entreprises également, l’encours de crédits est en hausse dans les DFA (+3,2 % en 2016) et dans l’océan Indien (+3,2 % en 2016). De même, la collecte des dépôts est en nette augmentation dans les deux zones (+6,4 % et +5,8 %, respectivement). Ce dynamisme permet la poursuite de la diminution du besoin de refinancement dans les DFA, mais pas pour l’océan Indien en raison de la diminution des fonds propres.

La qualité des portefeuilles de prêts s’améliore : le taux des créances douteuses baisse de 0,8 point à 6,1 % dans les DFA et de 0,6 point à 6 % dans l’océan Indien.

Alors que le produit net bancaire (PNB) est en hausse de 1,3 % dans les deux zones, le résultat net des banques étudiées s’inscrit en forte baisse, de 30,4 % dans les DFA et de 15,1 % sur l’océan Indien. En effet, les conditions d’exploitation se sont dégradées et le coefficient d’exploitation s’inscrit en hausse de 1 point, à 73,7 %, dans les DFA et de 3,7 points, à 67,7 %, dans l’océan Indien. Par ailleurs, le coût du risque augmente en 2016 dans les DFA et retrouve son niveau des années antérieures, après une année 2015 exceptionnelle.

04 avril 2017

Note n°446 - L’économie de la Martinique en 2016

05 octobre 2016

Note n°415 - Panorama 2015 de la Martinique - Octobre 2016

20 avril 2016

Note n°382 - L’économie de la Martinique en 2015

Une reprise hésitante

16 septembre 2015

Note n°347 - Panorama 2014 de la Martinique - Septembre 2015

17 avril 2015

Note n°324 - L’économie de la Martinique en 2014

Quelques signes d’amélioration contrariés en fin d’année

09 juillet 2014
  • 1
  • 2
  1. Guadeloupe  
  2. Saint-Barthélemy  
  3. Saint-Martin  
  4. Martinique  
  5. Guyane  
  6. Saint-Pierre-et-Miquelon  
  7. Accueil site  
  8. Mayotte  
  9. La Réunion