FERMER

Martinique

Février 2017

Responsable de la rédaction : P.-Y. LE BIHAN // IEDOM Martinique : 1, bd Général de Gaulle,CS 50512, 97206 Fort-de-France Cedex

23 02 17
Le trafic aéroportuaire boosté par le développement des liaisons internationales et régionales en 2016
Le trafic aéroportuaire boosté par le développement des liaisons internationales et régionales en (...)

Avec un record de 1 801 083 passagers (hors transit), l’aéroport Aimé Césaire enregistre une hausse de fréquentation de 10,2 % en 2016 par rapport à l’année précédente. Le trafic international progresse de façon significative (+36,9 %) grâce au confortement de plusieurs liaisons aériennes ouvertes en 2015 (Etats-Unis, Brésil). Le nombre de passagers au départ ou en provenance de Guadeloupe et de Guyane croît également, de 15,6 %. Quant au trafic avec la France métropolitaine, il connaît un nouveau rebond en 2016 (+4,3 %) après un léger recul l’année précédente.

23 02 17
La filière banane en difficulté à la fin de l’année 2016
La filière banane en difficulté à la fin de l’année 2016

En 2016, la production de banane de variété d’export et les exportations de bananes reculent chacune de 9,8 %, pour atteindre respectivement 179 929 tonnes et 177 239 tonnes, soit environ 20 milliers de tonnes de moins que l’année précédente. La filière, frappée par le passage de la tempête Matthew à la fin du mois de septembre 2016, a en effet enregistré de lourdes pertes sur le dernier trimestre : 26 592 tonnes ont été expédiées, soit deux fois moins qu’au trimestre précédent (54 559 tonnes) et qu’au quatrième trimestre de l’année 2015 (53 576 tonnes). Pour indemniser les agriculteurs reconnus sinistrés par la tempête, le fonds de secours pour calamité agricole a été ouvert au mois de novembre 2016, à l’ensemble des exploitants des 34 communes de la Martinique.
L’année 2016 s’annonçait pourtant très favorable. Le groupement BANAMART des producteurs de bananes portait son objectif de production à 215 000 tonnes et le cumul des expéditions sur les trois premiers trimestres de l’année était déjà supérieur de 6,6 % sur un an.

23 02 17
Inflation : stabilité des prix en 2016
Inflation : stabilité des prix en 2016

L’indice des prix à la consommation (IPC) n’enregistre pas d’évolution significative dans son ensemble en 2016. En moyenne annuelle, il s’établit à 99,8, affichant un léger recul de 0,2 % par rapport à l’année 2015. Bien que l’évolution des prix s’inscrive en territoire négatif, et ce pour la première fois depuis 2009, il n’y a pas lieu de parler de déflation. En effet, la baisse des prix n’est pas généralisée à l’ensemble des postes de consommation ; ceux-ci affichent des évolutions de prix contrastées.

23 02 17
Moindre vulnérabilité des agents économiques en 2016
Moindre vulnérabilité des agents économiques en 2016

En 2016, l’ensemble des indicateurs de vulnérabilité des agents économiques martiniquais est orienté à la baisse par rapport à 2015. Le nombre de retraits de cartes bancaires diminue significativement
(-17,8 % atteignant ainsi 3 524), comme le nombre d’incidents de paiement sur chèque (-9,6 %, passant de 103 133 à 93 271). Le nombre de personnes physiques en interdiction bancaire se replie à 14 578 (-5,4 %), tandis que le nombre de personnes morales en interdiction bancaire recule plus lentement (-2,6 %), de 2 392 en 2015 à 2 330 en 2016. Les incidents de paiements sur effets baissent en nombre (-8,5 % soit 958 incidents) comme en valeur (-8,6 %) et représentent un montant total de 6,43 millions d’euros. Enfin, le nombre de dossiers de surendettement déposés auprès de la Commission de surendettement repasse sous la barre des 500 dossiers, à 466, affichant une diminution de 10,6 % sur l’année. Parmi eux, 384 dossiers ont été jugés recevables et 56 ont abouti à la conclusion d’un plan conventionnel.

23 02 17
Banque Caribéenne de Développement : prévision de croissance positive pour 2017
Banque Caribéenne de Développement : prévision de croissance positive pour 2017

À l’occasion de sa conférence de presse annuelle, la Banque caribéenne de développement (BCD) a dévoilé sa projection de croissance 2017 pour l’ensemble de ses 19 membres emprunteurs : +1,7 %, essentiellement soutenue par le tourisme et la construction (pour le secteur touristique). La région pourrait donc renouer avec une croissance positive, après une année 2016 globalement défavorable
(-0,9 %), mais contrastée selon les positions à l’exportation des différents pays. Ceux dépendant de l’exportation de matières premières (Trinidad-et-Tobago et le Suriname essentiellement), dont les cours ont chuté en 2016, ont traversé l’année avec plus de difficultés que ceux tournés vers le tourisme et les services. Pour 2017, la BCD a rappelé à ses membres qu’en dépit d’une prévision de croissance optimiste, leur vigilance devait être maintenue sur les réserves de devises (tombées pour plusieurs pays sous le seuil de référence de l’équivalent de trois mois d’importations) et sur la réduction du chômage et des inégalités. Pour consolider leur croissance, elle recommande d’entreprendre des réformes sur le marché du travail et d’améliorer l’accès au financement des très petites et moyennes entreprises.