FERMER

Martinique

Février 2021

26 02 21
Révision des prévisions de PIB pour la Caraïbe : +2,4 % en 2021
Révision des prévisions de PIB pour la Caraïbe : +2,4 % en 2021

Selon les dernières prévisions du Fonds monétaire international (FMI, WEO update), compte tenu de la crise sanitaire, la croissance de l’activité dans la région Amérique latine et Caraïbe devrait désormais chuter à -7,4 % en 2020 puis remonter à +4,1 % en 2021, contre -8,1 % et +3,6 % respectivement selon les précédentes estimations. Les prévisions pour 2021 ont toutefois été revisées à la baisse pour les pays de la Caraïbe, de +4 % à +2,4 %, car la reprise des activités de tourisme a été beaucoup plus lente que prévue. La croissance de l’activité dans les économies dépendantes du tourisme devrait normalement connaître un rattrapage en 2021 (à + 2,4 % contre -9,8 % en 2020). Les principaux pays exportateurs de la zone devraient également connaître un redémarrage de leur croissance économique en 2021 (+4,0 %). Un rétablissement complet est cependant encore loin. Le FMI prévoit un retour à des niveaux de production d’avant la pandémie en 2023, et en 2025 concernant le PIB par habitant. De plus, la région est confrontée à un risque supplémentaire de catastrophes naturelles, comme le montre les dégâts causés par les ouragans Eta et Iota en novembre dernier, ce qui pourrait rallonger la période de retour à la normale. La publication est disponible sur le site du FMI.

26 02 21
Comptes définitifs 2016 : une croissance martiniquaise négative
Comptes définitifs 2016 : une croissance martiniquaise négative

L’INSEE a publié les comptes économiques définitifs concernant l’année 2016. Après une année 2015 à + 2 % (en valeur), la croissance du PIB est devenue négative en 2016 à - 0,3 % (en valeur). Ce changement de tendance reposait essentiellement sur la formation brute de capital fixe (FBCF) qui a diminué de 3,1 % (après +1,4 % en 2015) et sur la chute des exportations totales (-9,5 %, en valeur), notamment en raison de la baisse du prix des produits pétroliers (-17,8 %). En revanche, la consommation finale est restée bien orientée (+1,1 % en valeur après +0,4 % en 2015) et est la seule composante de la demande à contribuer positivement à la croissance du PIB en valeur en 2016. La publication est disponible en ligne.

26 02 21
Tourisme : -54 % de chiffre d’affaires dans l’hôtellerie en 2020
Tourisme : -54 % de chiffre d’affaires dans l’hôtellerie en 2020

Selon Zilea, le cluster du tourisme en Martinique, la crise sanitaire de la COVID-19 a entraîné une perte de 48 millions d’euros (-54 %) du chiffre d’affaires en 2020 dans l’hôtellerie par rapport à 2019. Le taux d’occupation des chambres était de 33,5 % contre 62,5 % en 2019. Quant au nombre de chambres louées, il est passé de 456 413 à 239 009 sur la période. Par ailleurs, l’afflux de touristes de toutes les provenances a baissé avec -50,3 % de voyageurs français, -67,7 % d’Européens et -69,5 % de Nord-Américains. Néanmoins, le nombre de touristes locaux a baissé de seulement -15,1 % par rapport à 2019.

26 02 21
La bonne situation financière des entreprises avant la crise sanitaire
La bonne situation financière des entreprises avant la crise sanitaire

En Martinique, le chiffre d’affaires global des entreprises martiniquaises progresse (+4,4 %) en 2018, mais les marges reculent (en particulier l’excédent brut d’exploitation), en lien avec l’augmentation des charges de personnel, des impôts et taxes. Pour autant, le taux de rentabilité économique demeure en moyenne plus élevée en Martinique (6,6 %) que dans les entreprises de l’Hexagone (4,8 %). De plus, le taux d’endettement des entreprises martiniquaises reste modéré (71,7 %) malgré des investissements importants. Cependant, l’éloignement des entreprises des centres d’approvisionnement et les problèmes liés à l’insularité impliquent une importante accumulation des stocks et nécessitent donc des besoins conséquents en termes de financement d’exploitation. Pour rappel, les 10 premières entreprises génèrent à elles seules 39 % du chiffre d’affaires global et 31 % de la valeur ajoutée. La publication est disponible en ligne.

26 02 21
Coût du crédit : évolution contrastée pour les entreprises et baisse pour les particuliers
Coût du crédit : évolution contrastée pour les entreprises et baisse pour les particuliers

Le coût du crédit a évolué de manière contrastée au troisième trimestre. S’agissant des entreprises, le taux moyen des crédits de trésorerie échéancée est remonté, à 0,62 % (contre 0,36 % au deuxième trimestre), en raison du poids moins important des prêts garantis par l’État (PGE) qu’au trimestre précédent. Le taux moyen des crédits à l’équipement s’inscrit également en hausse, à 2,07 % (contre 1,44 % au deuxième trimestre), tandis que le taux moyen des découverts (3,85 %) et celui des crédits immobiliers (1,68 %) ont reculé. La publication intégrale est disponible en ligne.

Concernant les particuliers, une baisse généralisée des taux est observée au troisième trimestre. Le taux moyen des prêts personnels et autres crédits échéancés à la consommation a diminué à 3,58 % (-57 pdb) et celui des découverts, à 7,69 % (-103 pdb). De même, le taux moyen des crédits à l’habitat s’est replié à 1,45 % avec un montant moyen de 140 000 euros, pour une durée moyenne d’environ 21 ans. La publication est disponible sur le site de l’IEDOM Martinique.