FERMER

Martinique

Janvier 2019

IEDOM Martinique : 1, bd Général de Gaulle, CS 50512, 97206 Fort-de-France Cedex // Directeur de la rédaction : Nicolas GOBALRAJA // Directeur de publication : C. DORWLING-CARTER

30 01 19
L’Europe pour financer le développement routier à St-Vincent
L’Europe pour financer le développement routier à St-Vincent

La Banque de développement des Caraïbes (CARIBANK) va mener un programme de gestion des routes à St-Vincent-et-les-Grenadines, financé par l’UE à hauteur de 18,4 millions de dollars caribéens. Ce programme s’inscrit dans la lutte contre les effets du réchauffement climatique, la hausse de la résilience des agriculteurs fragiles et la stimulation économique de l’archipel.

30 01 19
La Banque Mondiale met en lumière le travail informel dans la Caraïbe
La Banque Mondiale met en lumière le travail informel dans la Caraïbe

La Banque Mondiale a publié ses prévisions économiques régionales pour 2019. Dans l’espace Amérique latine - Caraïbes, la Caraïbe connait les taux de croissance les plus élevés. Cette tendance se confirme jusqu’en 2021. Néanmoins, la prépondérance du travail informel sous-évalue d’un tiers le PIB. Le travail informel prévaut notamment en Haïti où il représente 61 % du PIB. Dans le reste de la Caraïbe, il reste relativement limité (14 % aux Bahamas, 17 % à la Barbade). La persistance du travail informel résulte notamment d’une mauvaise gouvernance, d’un climat des affaires peu propice au développement économique, d’une libéralisation parfois trop accrue et d’un manque d’investissement public dans le capital humain. Dans l’Outre-mer français, on recense des entreprises informelles principalement dans le secteur du BTP et des services. Mayotte est l’espace le plus touché avec deux tiers de ses entreprises marchandes œuvrant dans le milieu informel.

30 01 19
Simplification du régime de l’indivision en Outre-mer
Simplification du régime de l’indivision en Outre-mer

Fin décembre, un texte de loi en faveur d’un dispositif simplifié, visant à lutter contre des situations d’indivision successorale complexe, a été adopté par l’Assemblée et le Sénat. Ce dispositif dérogatoire, applicable jusqu’au 31 décembre 2028, permet de sortir de certaines situations d’indivision. Selon Annick Girardin, ministre des Outre-mer, ce décloisonnement des héritages permettra de contrer les effets négatifs sur le développement économique et social liés au gel des biens fonciers. En Martinique, 26% du foncier privé est géré en indivision.

30 01 19
Démographie : nouvelle baisse de la population martiniquaise selon l’INSEE
Démographie : nouvelle baisse de la population martiniquaise selon l’INSEE

Au 1er janvier 2018, la population légale en Martinique est estimée à 371 246 habitants. En deux ans, le territoire aurait perdu plus de 5 000 habitants. La baisse de la population s’accentue : entre 2011 et 2016 elle s’établit à -0,8 % par an contre -0,3 % sur la période 2006-2011. En cause, un déficit migratoire élevé dû aux départs des jeunes en âge de procréer, le ralentissement de l’accroissement naturel et la hausse du nombre de décès, résultante directe du vieillissement de la population. La publication complète de l’INSEE est consultable en ligne.

30 01 19
L’autorité de la concurrence fait le point sur le bilan de 2009
L’autorité de la concurrence fait le point sur le bilan de 2009

À la demande du gouvernement, une délégation de l’Autorité de la concurrence réalise actuellement une mission, afin d’établir un bilan sur les prix pratiqués par la grande distribution en Martinique et dans les DOM depuis 10 ans. L’impact de la loi Lurel de 2012 et de la loi égalité réelle de 2017 sera également mesuré. L’écart des prix entre les DOM et l’Héxagone demeure structurellement très marqué. En 2015, le niveau général des prix est 12,3 % plus élevé en Martinique. Malgré un taux de pauvreté qui s’établit à près de 40 % en Martinique (contre 15 % dans l’Hexagone), les prix continuent d’augmenter (+0,6 % en 2017), principalement tirés à la hausse par le coût de l’énergie et des denrées alimentaires (respectivement +7,5 % et +1,1 % sur un an), creusant les inégalités. Les résultats de l’étude seront communiqués lors du premier semestre 2019.

30 01 19
Tendances conjoncturelles : l’indicateur du climat des affaires se détériore
Tendances conjoncturelles : l’indicateur du climat des affaires se détériore

L’IEDOM a publié ses Tendances conjoncturelles pour le troisième trimestre 2018. Au cours de cette période, l’indicateur du climat des affaires s’est dégradé de 4,2 points pour s’inscrire, sous sa moyenne de longue période, à 96,5. Les chefs d’entreprises font état d’une hausse des charges d’exploitation et des difficultés de trésorerie. Dans ce contexte, ils déclarent réduire leurs effectifs. S’ils n’attendent pas une amélioration sensible de l’activité, ils anticipent néanmoins une réduction des délais de paiement.