FERMER

Martinique

Novembre 2018

IEDOM Martinique : 1, bd Général de Gaulle, CS 50512, 97206 Fort-de-France Cedex // Directeur de la rédaction : Nicolas GOBALRAJA // Directeur de publication : C. DORWLING-CARTER

22 11 18
Vers une hausse de l’énergie verte
Vers une hausse de l’énergie verte

Dans son rapport Planète Vivante 2018, l’association WWF annonce que la Terre a perdu 60 % de sa faune en 44 ans. La zone Caraïbe/Amérique du Sud est particulièrement affectée avec une baisse de 89 % de sa faune résultant essentiellement de la déforestation et de l’agriculture intensive. L’association invite ainsi les Etats à augmenter leurs efforts dans la réduction des émisssions de gaz à effet de serre et à accélérer le développement des énergies vertes. La France, dans le cadre du Grenelle de l’environnement I et II, a un objectif de production de 23% d’énergie renouvelable d’ici 2020. En Martinique (les DROM s’inscrivant également dans cette stratégie) cette part était encore inférieure à 10% en 2016.

22 11 18
Coordination de l’accès aux soins des pays de l’OECO
Coordination de l’accès aux soins des pays de l’OECO

Dans le domaine de la santé, les pays de l’OECO (dont la Martinique est membre-associé) ont lancé le projet de coopération INTERREG CARES qui vise à faciliter l’accès aux soins des patients de l’OECO dans les Antilles françaises. Plusieurs disciplines médicales sont ciblées (cardiologie, VIH, ophtalmologie, accès aux laboratoires, etc.) lesquelles, à horizon 2020, donneront lieu à un système harmonisé, une tarification unifiée, une simplification du partage de données médicales et la création d’un numéro d’identification des patients. Le projet totalise un budget de 6 millions d’euros, financés par deux fonds européens.

22 11 18
Des investissements attendus en Martinique
Des investissements attendus en Martinique

Les entreprises martiniquaises membres du CCEM (Collectif Coopération Export Martinique) se sont rendues à la quatrième exposition annuelle sur le commerce international en Floride. Elles ont pu présenter les attraits et opportunités de leur territoire face à d’éventuels investisseurs étrangers. Cette rencontre a permis de conclure des accords dans les secteurs du digital, de l’alimentation, du café et de l’artisanat.

22 11 18
Le début de la saison des croisières
Le début de la saison des croisières

Après avoir accueilli près de 180 bateaux la saison précédente, les premiers croisiéristes de cette nouvelle saison touristique ont accosté au port de Fort-de-France le 03 novembre. Le navire « Caribbean Princess » comptait, à son bord, 3 000 passagers et 1 200 membres d’équipages. Cette saison devrait toutefois être marquée par une baisse sensible des escales en Martinique, les îles du Nord impactées par les Ouragans en 2017 étant de nouveaux en capacité d’accueillir les croisiéristes. Selon une étude récente du cabinet DME, la Martinique souffre encore d’un mauvais indice de satisfaction auprès des croisiéristes en transit auxquels elle n’offre, entre autres, pas le même pouvoir d’achat que les îles voisines.

22 11 18
Aide au secteur audio-visuel
Aide au secteur audio-visuel

Le groupe France Télévision a annoncé la production d’une série policière (« Tropiques Criminelles ») en Martinique. Créé en mars 2018, par le biais d’une convention entre la Collectivité Territoriale de Martinique (CTM) et le Centre National du Cinéma (CNC), le bureau des tournages de la Martinique devrait apporter l’appui technique et logistique nécessaire au tournage. Par ailleurs, la CTM apporte son soutien financier au projet à travers une subvention de 600 000 euros. Cette aide est conditionnée à l’association de professionnels locaux à cette production. Pour rappel, selon le CNC, un euro d’aide d’une collectivité génèrerait huit euros de retombées dans l’économie locale. La filière numérique représente 3,3% du tissu économique martiniquais.

22 11 18
Les priorités d’investissements dans les RUP
Les priorités d’investissements dans les RUP

Le 6e séminaire des régions ultrapériphériques françaises (RUP) s’est tenu pendant quatre jours au Lamentin. Pendant le séminaire, des représentants des RUP, des membres des autorités de gestion des fonds européens ainsi que des acteurs socio-économiques ont débattu des enjeux et priorités d’investissements des fonds européens à destination des RUP pour la période 2021 à 2027. Suite aux débats, un consensus s’est formé selon lequel le premier poste d’investissement devrait être l’environnement, les RUP cherchant à évoluer à l’instar des économies européennes vers une économie faible en carbone. Par ailleurs, les investissements dans l’éducation, la formation, l’emploi et la mobilité ont également été érigés en priorité.