Portrait des TAAF

S’étendant des tropiques au pôle Sud, les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) ont été découvertes à partir du XVIe siècle. Ces territoires d’outre-mer, difficiles d’accès, ne comptent aucun habitant permanent mais hébergent une biodiversité singulière et abondante. Sur la base des travaux de recherche scientifique réalisés sur l’ensemble du territoire depuis plusieurs années, voire plusieurs décennies sur les îles australes et en Antarctique, la collectivité a mis en place des outils de conservation visant à protéger ce patrimoine naturel exceptionnel. Ainsi, la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises a été créée en 2006 et le parc naturel marin des Glorieuses en 2012.

Les TAAF administrent 2 367 400 km² de zones économiques exclusives (ZEE), soit la deuxième ZEE de France après la Polynésie française. Elles contribuent ainsi largement à placer la France au deuxième rang mondial pour son emprise maritime et jouent un rôle majeur dans la mise en œuvre de la politique maritime intégrée et de la croissance bleue. La collectivité est également gestionnaire de la plus vaste réserve naturelle de France, d’une superficie de 22 700 km², soit près de 80 % de la surface totale des réserves naturelles nationales. Les îles Éparses font aujourd’hui l’objet de convoitises et de revendications par les États riverains (Madagascar, Comores et Maurice), probablement en raison de leurs réserves halieutiques et de leurs potentielles ressources en hydrocarbures.