La lettre de l'Institut d'émission
- Avril 2018

 
Accéder directement aux informations de :
Guadeloupe | Guyane | Martinique | La Réunion | Saint-Pierre et Miquelon

 La voix des Banques centrales

BCE : Réunion du Conseil des gouverneurs du 26 avril 2018

À l’issue de la réunion du 26 avril 2018 du Conseil des gouverneurs de la Banque Centrale européenne, Mario Draghi a déclaré : « Au terme de notre examen régulier de la situation économique et monétaire, nous avons décidé de laisser les taux d’intérêt directeurs de la BCE inchangés. [...] En ce qui concerne les mesures non conventionnelles de politique monétaire, nous confirmons que nos achats nets d’actifs, au rythme mensuel actuel de 30 milliards d’euros, devraient être réalisés jusque fin septembre 2018, ou au-delà si nécessaire, et, en tout cas, jusqu’à ce que le Conseil des gouverneurs observe un ajustement durable de la trajectoire d’inflation conforme à son objectif. L’Eurosystème continuera de procéder au réinvestissement des remboursements au titre du principal des titres arrivant à échéance acquis dans le cadre du programme d’achats d’actifs (asset purchase programme, APP) pendant une période prolongée après la fin de ses achats nets d’actifs et, en tout cas, aussi longtemps que nécessaire. [...] Après plusieurs trimestres de croissance supérieure aux prévisions, les informations disponibles depuis notre réunion début mars indiquent une certaine modération, tout en demeurant compatibles avec une expansion robuste et généralisée de l’économie de la zone euro. La vigueur sous-jacente de l’activité continue d’étayer notre confiance en une convergence de l’inflation vers notre objectif de taux inférieurs à, mais proches de 2 % à moyen terme. Dans le même temps, les mesures de l’inflation sous-jacente restent contenues et doivent encore montrer des signes convaincants d’une tendance à la hausse durable. »

Lire la suite

 Informations économiques et financières

Taux bancaires et cours des devises

Rue de la Banque n°59 : Les effets de la politique monétaire sur la composition des dépôts bancaires et sur l’offre de crédit

En utilisant des données relatives aux banques américaines, on constate que lorsque la politique monétaire se resserre, les banques dont le bilan comporte une grande proportion de dépôts à intérêt zéro enregistrent une augmentation forte du taux de leurs dépôts portant intérêt, ce qui entraîne une baisse plus marquée de leur offre de crédit. Par conséquent, la composition du financement du système bancaire joue un rôle dans la transmission de la politique monétaire.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Bloc-notes éco de la Banque de France : Prédire les crises financières : un exercice d’équilibriste

Si prédire les crises financières était aisé, les éviter le serait tout autant pour les autorités macroprudentielles. Les méthodes statistiques de prévision des crises financières se perfectionnent mais se heurtent à la difficulté que ces dernières restent des événements rares (fort heureusement) et soudains. Nous exposons ici l’intérêt des « systèmes d’alerte avancée » tout en montrant les limites dues au fait que le système financier est en constante mutation.

Lire la suite
 

 Actualités de l’Institut et suivi de place

Parution de la note « L’économie bleue de la Guadeloupe – Mars 2018 »

Avec 31 communes sur 32 disposant d’une façade maritime, la Guadeloupe est le département d’outre-mer (DOM) qui bénéficie du plus grand linéaire côtier (plus de 620 km). L’économie de la mer s’impose de ce fait naturellement à l’archipel qui se situe au cœur d’une Zone économique exclusive (ZEE) élargie depuis 2015. En Guadeloupe, l’emploi maritime, entendu dans sa définition la plus large, représente 7,1 % de l’emploi total, soit le ratio le plus élevé parmi l’ensemble des DOM. Le tourisme maritime y est particulièrement présent et se positionne comme un facteur de croissance important.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Parution de la note « Tendances conjoncturelles – 4e trimestre 2017 »

À fin décembre 2017, l’indicateur du climat des affaires se rapproche de sa moyenne de longue période. Il augmente de 2,7 points par rapport au trimestre précédent et s’établit à 99,3 points. Les impacts du passage des ouragans Irma et Maria s’atténuent. Ainsi, 33,8 % des entreprises interrogées par l’IEDOM estiment que les ouragans ont dégradé leur activité au 4e trimestre contre 51,5 % au 3e trimestre. Le marché de l’emploi reste atone. Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (DEFM A) diminue (-0,8 %), alors que les offres d’emploi collectées poursuivent leur baisse (-4,7 %).

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Parution de la note « L’économie de la Guadeloupe en 2017 »

En 2017, l’appréciation des chefs d’entreprise est affectée par une année riche en évènements sociaux, politiques et climatiques. Toutefois, des signes d’accélération de l’activité sont perceptibles, après un léger recul du PIB de la Guadeloupe en 2016 (-0,3 % en volume). La consommation des ménages poursuit sa progression comme l’illustrent les importations de biens destinés aux ménages qui s’inscrivent en hausse. Plus globalement, les importations et les exportations de l’archipel augmentent. La progression des prix, notamment ceux de l’énergie, y contribue, après trois années de stabilité.

Lire la suite

 Actualités économiques locales

Prolifération des sargasses

Le début du second trimestre 2018 est marqué par un arrivage massif de sargasses. Le sous-préfet Jean-Michel Jumez, en charge de la mission sargasse, a confirmé une aide de 500 000 € pour l’achat d’équipement anti-sargasse en faveur des communes touchées. La mission sargasse regroupe l’ensemble des services de l’État (DEAL, DIECCTE, ARS et ADEME) et des collectivités. En parallèle, Annick Girardin, ministre des Outre-mer a annoncé le déblocage de 1,7 million d’euros pour la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane.

. . . . . . . . . . . .

Programme d’investissement de la Région

Le président de la Région, Ary Chalus, a présenté le projet de Programmation pluriannuelle d’investissement (PPI) pour la période 2018-2020. Celui-ci prévoit un engagement de 720 millions d’euros dont 283 millions provenant des fonds européens. Les dépenses d’investissements devraient être réalisées au rythme de 240 millions d’euros par an. Selon Ary Chalus, tous les secteurs d’activité bénéficieront de cet investissement.

. . . . . . . . . . . .

Une saison de croisière fructueuse

L’activité touristique est marquée par une forte augmentation du nombre de croisiéristes. La Guadeloupe a profité des dégâts causés par les ouragans Irma et Maria aux autres îles de la Caraïbe. 298 escales et 450 000 croisiéristes sont recensés (soit respectivement +86,3 % et +40,6 % sur la saison). Néanmoins pour la saison 2018-2019, le nombre d’escales devrait diminuer, notamment à Pointe-à-Pitre où il devrait passer de 170 à 120. Cette diminution est due au retour de navires vers leurs ports d’attache habituels.

Conjoncture, prix à la consommation et le niveau de vie : l’Insee publie

 Actualités économiques régionales

Saint-Martin, un budget consacré à la reconstruction

Le président du Conseil territorial de Saint-Martin, Daniel Gibbs, a présenté un budget primitif orienté vers la reconstruction du territoire. Sur les 88 millions d’euros d’investissements prévus, 57 devraient servir à la reconstruction. Le budget de fonctionnement s’élève quant à lui à 182 millions d’euros dont 29,0 % alloués à la masse salariale. Ces dépenses devraient en partie être couvertes par une dotation de l’État de 50 millions d’euros.

. . . . . . . . . . . .

Saint-Barthélemy, optimiste pour la prochaine saison touristique

À l’occasion des dix ans du Comité territorial du tourisme de Saint-Barthélemy (CTTSB), le président de l’organisme, Nils Dufau indique que, malgré le passage de l’ouragan Irma sur l’île, 2017 est la meilleure année en termes de taxe de séjour, la saison touristique ayant été bonne avant le passage de l’ouragan. Par ailleurs, en décembre 2017, les 25,0 % de capacité d’accueil disponible sur l’île étaient occupés. De ce fait, le président envisage des perspectives positives pour la haute saison fin 2018, avec la réouverture prévue de villas et d’hôtels. Il considère que le modèle touristique de Saint-Barthélemy, suffisamment développé, doit être pérennisé.

 

 Actualités de l’Institut et suivi de place

Publication : « Synthèse annuelle »

L’année 2017 a été marquée par les mouvements sociaux de mars-avril. Ceux-ci ont débouché sur une prise de conscience collective des besoins de la Guyane, et l’émergence d’un plan d’urgence d’un milliard d’euros pour y faire face.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Publication : « Tendance conjoncturelle »

Après avoir enregistré une forte hausse au troisième trimestre, l’indicateur du climat des affaires (ICA) est en léger retrait au quatrième trimestre 2017.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Publication : « Tableau de bord économique de la Guyane »

Publié dans le cadre du partenariat Cerom, le tableau de bord économique de la Guyane apporte une vision synthétique et rapide de l’évolution conjoncturelle du département au travers d’une sélection d’indicateurs macroéconomiques.

Lire la suite

 Actualités économiques locales

Stabilisation du chômage en Guyane

Selon l’Insee, le taux de chômage en Guyane est de 22 %. Bien que le taux de chômage soit élevé en Guyane, il reste néanmoins constant.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Un nouveau succès pour Arianespace

Le 5 avril 2018, depuis le Centre spatial guyanais, le lanceur Ariane 5 a mis en orbite avec succès deux satellites de télécommunication.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

En février 2018 les prix sont stables, sur un an ils augmentent de 0,7 %

Selon l’Insee, en février 2018 les prix à la consommation des ménages en Guyane sont stables (0,1 %).

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Évolution du prix des carburants et du gaz

L’arrêté préfectoral applicable au 1er avril 2018 établit le prix de vente au détail pour le gazole à 1,35 €/litre (-1 centime) et à 1,55 €/litre pour l’essence (-1 centime).

Lire la suite

 Actualités économiques régionales

Amérique latine : Prévision de croissance ambitieuse

La commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) prévoit une croissance du PIB de 2,2 % en 2018 (contre 1,2 % en 2017).

Lire la suite
 

 Actualités de l’Institut et suivi de place

L’économie de la Martinique en 2017 : une activité touristique record

L’IEDOM a publié la synthèse économique de la Martinique pour l’année 2017. L’économie martiniquaise a, une nouvelle fois, fait preuve de résilience, mais sans trouver de véritable souffle. Dans ces conditions, l’indicateur du climat des affaires se situe, tout au long de l’année, autour de sa moyenne de longue période. Le contexte macroéconomique est marqué par le maintien de l’investissement et la poursuite de la consommation des ménages. L’activité de financement continue sa progression, preuve du maintien d’un cycle économique positif. Les encours bancaires de crédits à la consommation des ménages et de crédits d’investissement des entreprises sont bien orientés. Au niveau sectoriel, les évolutions sont très hétérogènes. Le secteur agricole subit les conséquences des aléas climatiques, tout comme les secteurs du BTP et de l’industrie, dont les problématiques seraient davantage structurelles. Inversement, le tourisme enregistre un nombre record de visiteurs.

. . . . . . . . . . . .

Taux des crédits aux entreprises à la Martinique au 4ème trimestre 2017

Le coût du crédit aux entreprises évolue différemment en fonction des catégories de prêt observées. Les crédits à l’équipement, qui constituent l’essentiel des financements accordés hors découverts (85,3 %), voient leur taux moyen diminuer à 1,99 % (-37 pdb entre juillet et octobre 2017). De même, le taux moyen des crédits immobiliers se contracte à 1,91 % (-64 pdb). En revanche, le taux moyen des crédits de trésorerie échéancée est orienté à la hausse, à 3,71 % (+12 pdb). Pour sa part, le taux moyen du découvert s’inscrit à 8,02 %, repartant à la hausse après deux replis successifs. Des informations complémentaires sont disponibles dans la publication Taux des crédits aux entreprises publiée sur le site de l’agence IEDOM.

 Actualités économiques locales

Publication de l’Enquête emploi de l’INSEE : stabilité du chômage en 2017

L’INSEE a publié son Enquête Emploi pour l’année 2017. Cette dernière année, la moitié des personnes âgées de 15 ans ou plus sont actives au sens du BIT en Martinique, soit 153 000 personnes. Parmi elles, 82 % ont un emploi et 18 % sont au chômage. Les actifs occupés travaillent principalement en tant que salariés et dans le secteur tertiaire. S’agissant des actifs inoccupés, ils restent nombreux même si le taux de chômage est stable. Plus d’informations sont disponibles sur le site web de l’INSEE.

. . . . . . . . . . . .

Enquête Besoins en main d’œuvre : hausse des projets de recrutement en 2018

L’enquête « Besoins en main d’œuvre » est une enquête réalisée chaque année par Pôle emploi avec le concours du Credoc. Elle est utilisée comme outil d’aide à la décision par Pôle emploi pour mieux connaitre les intentions des entreprises en matière de recrutements. Selon l’Enquête 2018, 10 435 projets de recrutements ont été recensés pour 2018 en Martinique, soit 819 de plus qu’en 2017. Plus d’un quart des projets (26,0 %) sont saisonniers. Parmi les emplois non saisonniers, les métiers les plus recherchés sont les professionnels de l’animation socioculturelle, les aides et apprentis de cuisine, les secrétaires, les jardiniers et les surveillants d’établissements scolaires. Le détail des résultats de l’enquête est disponible sur le site web de Pôle Emploi.

 Actualités économiques régionales

Nouvelles prévisions de croissance du FMI pour les pays de la Caraïbe

Selon les prévisions d’avril du FMI, la République dominicaine connaîtra la croissance la plus dynamique de la Caraïbe en 2018, à +5,5 %, suivie par la Grenade (+3,6 %) et Antigua-et-Barbuda (+3,5 %). Le FMI a revu très fortement à la baisse sa prévision de croissance pour la Dominique, celle-ci passant de +2,8 % pour 2018 dans ses prévisions d’octobre 2017 à -16,3 % dans ses prévisions d’avril 2018. Le pays continue de pâtir du passage destructeur de l’ouragan Maria sur son territoire en septembre 2017. Mis à part la Dominique, le FMI projette une croissance positive pour l’ensemble des pays de la Caraïbe en 2018. Les données sont disponibles sur le site web du FMI.

 

 Actualités de l’Institut et suivi de place

L’économie de La Réunion en 2017 : une année solide et des signaux positifs pour 2018

L’indicateur de climat des affaires (ICA) atteint en moyenne 104 points contre 100 points en 2016, à son plus haut niveau depuis dix ans. Il termine l’année 2017 sur une hausse sensible (indice à 108,7 points au quatrième trimestre), augurant des perspectives bien orientées pour le début de l’année 2018. Des effets d’entrainements positifs sont générés par le renforcement de l’investissement qui gagne enfin en vigueur. La consommation des ménages est vigoureuse. L’emploi salarié privé progresse, tandis que les emplois en contrats courts se développent nettement et que le marché de l’emploi fait face à la baisse des emplois aidés. Cette amélioration globale profite à la plupart des secteurs. L’activité bancaire est vigoureuse et accompagne cette embellie, dans un contexte de restructurations organisationnelles et de changement de modèle de la banque de détail.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Baisse du taux de crédits à l’équipement des entreprises entre juillet et octobre 2017

Le taux moyen des crédits à l’équipement des entreprises baisse de 28 points de base (pdb) entre juillet et octobre 2017, portant à -76 pdb sa diminution sur un an. Parmi ces crédits, la moitié est accordée à un taux inférieur à 2,22 %, pour une durée moyenne de 7 ans et demi. Par ailleurs, le taux moyen de crédit pour les découverts baisse également de 33 pdb, rompant avec la tendance haussière observée en avril et en juillet 2017, mais reste supérieur au taux pratiqué en métropole. À l’inverse, les conditions débitrices se renchérissent de 25 pdb pour les crédits de trésorerie échéancés. Le taux moyen des crédits immobiliers octroyés aux entreprises augmente également, passant de 1,85 % en juillet à 2,24 % en octobre 2017. La durée moyenne de ce type de crédit, souscrit en totalité à taux fixe, se situe en deçà de 14 ans.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Le surendettement des ménages dans les DOM : Enquête typologique 2016

L’Institut d’émission des départements d’outre-mer (IEDOM) publie une étude sur la typologie du surendettement. En 2016, à La Réunion, 1 281 dossiers ont été déposés, dont 1 040 jugés recevables. Le département représente 56 % du nombre de dossiers déposés dans l’ensemble des DOM. Avec deux dossiers déposés pour 1 000 habitants de plus de 15 ans, l’ile affiche une moyenne largement supérieure aux autres DOM, mais inférieure à celle de la métropole (3,56 dossiers). L’endettement déclaré moyen s’élève à 39 694 euros. La moitié des personnes concernées est au chômage.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Rapport d’activité de l’Adie en 2017

En 2017, l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) a financé ou accompagné 1 499 personnes à La Réunion et 845 entreprises. 1 073 emplois ont été créés ou consolidés. Parmi les emprunteurs, 53 % travaillent dans le secteur des services, 55 % sont sans diplôme et 41 % perçoivent les minimas sociaux. 43 % sont des femmes contre 33 % au niveau national.
Les montants introduits dans l’économie locale s’établissent à 8,9 millions d’euros sur l’année (+15,6 % par rapport à 2016). L’encours de microcrédit atteint 14,9 millions d’euros en 2017, soit 7 fois plus qu’en 2010. Le taux de pérennité au bout de 2 ans des entreprises financées par l’Adie s’élève à 84 %.

Lire la suite

 Actualités économiques locales

Le taux de chômage se stabilise en 2017

En 2017, le taux de chômage réunionnais se stabilise à 22,8 % (environ 79 000 personnes), contre 22,4 % en 2016, après 3 années successives de baisse. Toutefois, la population active de l’ile (343 000 individus) diminue pour la seconde année consécutive, en lien avec une participation moins importante des jeunes (15-29 ans) et des hommes au marché du travail.
Ainsi, le taux d’emploi n’augmente pas sur l’année. La population réunionnaise est moins active, car ceux qui se sont retirés du marché du travail basculent davantage vers l’inactivité que vers l’emploi. Depuis 2014, le « halo » du chômage a progressé de 6 000 personnes. Les créations d’emploi n’ont pas été suffisamment dynamiques pour donner lieu à une baisse drastique du chômage, malgré une réduction de la taille de la population active.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Des besoins de main-d’œuvre en hausse en 2018

Selon les résultats de l’enquête besoin de main-d’œuvre de Pôle emploi, 30 600 embauches sont prévues à La Réunion en 2018, soit 9 % de plus qu’en 2017. 7 400 employeurs, soit 29 % des établissements ont l’intention de recruter. Les demandes sont les plus élevées dans les services (71 % des besoins). L’action sociale, l’administration publique, l’enseignement et les activités associatives sont les principaux secteurs pourvoyeurs d’emplois.
Une embauche sur quatre est jugée « difficile » pour les recruteurs, particulièrement dans la construction, la restauration, le transport, l’agriculture et le commerce. Un emploi sur cinq proposé est à caractère saisonnier, en particulier dans l’agriculture, l’industrie l’agroalimentaire, les activités de spectacle et l’hébergement-restauration. Le secteur privé représente 53 % des besoins, les associations 24 % et le secteur public 23 %.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Bilan 2017 des soutiens publics à l’agriculture

En 2017, le montant des aides aux secteurs agricole et agroalimentaire s’élève globalement à 234,8 millions d’euros, soit une hausse de 23 % sur un an. Cette forte augmentation a deux origines. En premier lieu, les dispositifs du FEADER sont entrés dans une phase opérationnelle, permettant ainsi le démarrage des paiements notamment pour les mesures relatives au transfert de connaissances, à l’expérimentation et aux investissements dans les industries agroalimentaires. En second lieu, elle provient du versement de l’aide d’État de 28 millions d’euros (qui s’ajoute aux 113 millions déjà mobilisés) destinée à la filière canne locale, afin de compenser le déficit de compétitivité liée à la suppression des quotas sucriers le 1er octobre 2017.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

La construction neuve à La Réunion en 2017

En 2017, 8 300 logements ont été autorisés à la construction (+6 % par rapport à 2016). Les autorisations augmentent de 11,6 % pour les logements individuels, mais stagnent pour les logements collectifs. 506 760 m² de locaux non résidentiels ont été autorisés à la construction (+11 % par rapport à 2016). Toutefois, le nombre de logements mis en chantier sur l’année est en baisse de 5,5 %, tandis que les surfaces déclarées mises en chantier reculent de 21,0 % sur l’année.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Enquête Déplacements Grand Territoire du SMRT : Une place de la voiture qui reste

Selon une enquête pilotée par le Syndicat mixte des transports de La Réunion (SMTR), le département compte plus de 2,5 millions de déplacements par jour en 2016, ce qui représente 3,35 déplacements par habitant et par jour en moyenne. Les Réunionnais font en moyenne 6,7 km par jour pour une durée moyenne de 22 minutes. Plus d’un tiers des déplacements est lié au travail, à la formation ou à la scolarité. La voiture reste le premier mode de déplacement local avec 66 % des trajets. Les transports en commun sont utilisés pour 7 % des trajets, tandis que la marche et le vélo représentent respectivement 25 % et 2 % des déplacements.

Lire la suite
 

 Actualités de l’Institut et suivi de place

Conjoncture économique : Une activité économique en demi-teinte

L’IEDOM a fait paraitre son bulletin de conjoncture au 31 décembre 2017. Cette note trimestrielle de 4 pages analyse les principaux indicateurs économiques et monétaires de l’archipel (prix, marché de l’emploi, consommation, investissement, commerce extérieur, crédits à l’économie) et réalise un focus sur les secteurs de la pêche et du tourisme.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Portrait économique : Estimation du PIB de Saint-Pierre-et-Miquelon

L’IEDOM, en partenariat avec l’AFD (Agence Française de Développement) a fait paraitre en avril 2018 une estimation du PIB de Saint-Pierre-et-Miquelon en 2015. Cette étude a été l’occasion d’observer la structure économique de l’archipel et son évolution. Elle s’oriente dans le même sens que celle produite en 2008 et montre une économie dominée par les administrations publiques, même si le secteur privé a su renforcer son poids dans la production de richesse. La faiblesse des exportations et l’importance des importations traduisent une économie tournée sur son marché intérieur. Les ménages et les administrations sont les principaux moteurs de l’économie.

Lire la suite

 Actualités économiques locales

Secteur halieutique : dynamisme des investissements malgré une incertitude des stocks

Après la reprise du Pôle Pêche de Miquelon par l’armement Le Garrec en 2017, de nouveaux investissements sont en prévus en 2018 pour le secteur de la pêche industrielle. Le secteur de la pêche artisanale est aussi au centre d’une nouvelle dynamique avec la création prochaine d’une nouvelle coopérative ayant pour but l’acquisition de matériel dans de meilleures conditions.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Réception des ferries de la Collectivité territoriale

Commandés en 2015 auprès du chantier néerlandais Damen, les deux nouveaux navires de la Collectivité territoriale ont été livrés au cours du mois de décembre 2017 à Saint-Pierre-et-Miquelon et réceptionné en avril 2018.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Secteur touristique : une dynamique insufflée par de nouveaux projets

Une politique de désenclavement de l’archipel se dessine à Saint-Pierre-et-Miquelon ayant pour but de faciliter le trafic entre les îles de l’archipel et l’extérieur. En parallèle, des investissements témoignent d’une volonté d’ouvrir l’archipel au tourisme et aux échanges.

Lire la suite

 Actualités économiques régionales

Stabilisation du taux directeur canadien et augmentation du taux directeur américain

Après trois hausses consécutives aux cours des 6 derniers mois (+0,25 % en juillet en septembre et en janvier derniers) la Banque du Canada maintient son taux cible à 1,25 % en avril 2018. La Réserve Fédérale américaine (Fed), optimiste quant à l’évolution de l’économie américaine, a relevé son taux directeur de 0,25 point pour le situer dans la fourchette 1,50 % à 1,75 % en mars 2018. La Fed a annoncé deux hausses supplémentaires en 2018.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

La croissance du PIB canadien en bonne tenue malgré un ralentissement

Le Produit Intérieur Brut (PIB) canadien a progressé de +3,0 % en 2017 (contre +1,4 % en 2016). Cette hausse s’est concentrée sur les deux premiers trimestres avant de ralentir en fin d’année.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Appréciation continue de la monnaie unique au premier trimestre 2018

Le taux de change EUR/CAD poursuit sa tendance haussière au 1er trimestre 2018 et s’établit à son plus haut niveau depuis janvier 2016. Il s’apprécie de 5,7 % sur trois mois (contre +2,4 % au trimestre précédent). Ainsi, la monnaie unique s’échangeait au 31 mars 2018 à 1,5895 dollar canadien. En glissement annuel, le taux de change confirme son évolution à la hausse (+11,4 %, contre +6,0 % au trimestre précédent).

Lire la suite