La lettre de l'Institut d'émission
N°328 - Septembre 2019

 

 La voix des Banques centrales

BCE : Communiqué de Presse du 22 octobre 2019

Dans un communiqué de presse datant du 22 octobre 2019, la Banque centrale européenne commente les résultats de l’enquête d’octobre 2019 sur la distribution du crédit bancaire dans la zone euro. Elle explique que :

• Les critères d’octroi se sont légèrement assouplis pour les prêts aux entreprises et les prêts au logement : selon l’enquête d’octobre 2019 sur la distribution du crédit bancaire, les critères d’octroi – c’est-à-dire les directives internes des banques ou leurs critères d’approbation des prêts – pour les prêts aux entreprises et les prêts au logement accordés aux ménages se sont légèrement assouplis au troisième trimestre 2019 alors que les banques avaient anticipé une stabilité lors de la précédente campagne d’enquête. Les critères d’octroi des prêts à la consommation et des autres prêts aux ménages se sont légèrement durcis, mais moins qu’au trimestre précédent. Pour le quatrième trimestre 2019, les banques prévoient une relative stabilité des critères d’octroi pour toutes les catégories de prêts.

• Les marges sur les prêts aux emprunteurs les plus risqués ont augmenté pour les prêts aux entreprises et les prêts au logement : Les modalités et conditions générales pratiquées par les banques se sont durcies au troisième trimestre 2019 pour les nouveaux prêts aux entreprises et prêts au logement, tandis qu’elles sont restées globalement inchangées pour les crédits à la consommation. Cet effet de durcissement s’explique principalement par un élargissement des marges sur les prêts aux emprunteurs les plus risqués.

• La politique monétaire non conventionnelle de la BCE a continué de soutenir les volumes de prêts : les banques de la zone euro ont continué de faire état d’une incidence positive du programme d’achats d’actifs (APP) de la BCE sur leur situation de liquidité et sur les conditions de financement de marché, et d’une incidence négative sur leur rentabilité, au cours des six derniers mois. Sur les six prochains mois, les banques s’attendent à une incidence favorable de l’APP sur leurs modalités et conditions de crédit et sur leurs volumes de prêts, à l’exception des volumes de prêts aux entreprises pour lesquels elles anticipent une stabilité.

Lire la suite

 Informations économiques et financières

Taux bancaires et cours des devises

Des taux plus bas plus longtemps : une hausse de la vulnérabilité peut peser sur la croissance

Le rythme de l’activité économique mondiale reste faible et les marchés financiers s’attendent à ce que les taux demeurent plus bas pour plus longtemps que projeté au début de 2019. Les conditions financières se sont encore assouplies, ce qui a contribué à maîtriser les risques de décélération et à soutenir l’économie mondiale à court terme. Mais la souplesse des conditions financières a un prix : elle encourage des investisseurs en quête de rendements plus élevés à prendre plus de risques, si bien que les menaces qui pèsent sur la stabilité financière et la croissance restent élevées à moyen terme.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Interview de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France : Pourquoi les taux d’intérêt bas vont durer

Dans une interview pour Les Echos datant du 21 octobre 2019, le Gouverneur de la Banque de France nous éclaire sur la raison de la durée prolongée de taux d’intérêt bas. Il explique notamment ceci :

« Quand il y a matière à un soutien de la demande, ce que révèle une inflation trop faible comme actuellement, il faut garder des politiques monétaires actives. Et dans un environnement mondial de faible investissement et de forte épargne, les taux bas vont durer. (…) En France, nous travaillons en outre au sein du Haut Conseil de stabilité financière. Nous avons déjà pris des mesures contre l’endettement excessif des grandes entreprises, et nous sommes vigilants sur le crédit immobilier. À l’échelle mondiale, le FMI appelle l’attention notamment sur deux clignotants : les financements à fort levier accordés aux entreprises les plus endettées ; et les fonds ou non- banques, qui s’orientent de plus en plus vers des investissements peu liquides. »

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

L’IEDOM publie son rapport annuel de l’Observatoire des tarifs bancaires dans les DCOM de la zone euro

L’IEDOM publie son rapport annuel concernant l’Observatoire des tarifs bancaires sur la période d’avril 2018 à avril 2019. L’Institut examine les niveaux moyens et évolutions des 14 services de l’extrait standard, ainsi que de 3 tarifs règlementés relevés par l’Observatoire. Après un focus consacré aux dispositions législatives sur les tarifs bancaires outre-mer, puis aux rapports « Constans » (juillet 2014) et « Dromer » (décembre 2018), ce rapport d’activité analyse l’évolution des tarifs bancaires dans la zone d’intervention de l’IEDOM entre avril 2018 et avril 2019. Celle-ci peut se résumer comme suit :
• dans toutes les géographies de la zone IEDOM, les tarifs moyens pondérés ont été principalement orientés à la baisse. Les hausses, bien que moins nombreuses, s’avèrent toutefois plus marquées ;
• pour une majorité des services bancaires les plus couramment utilisés par la clientèle, les tarifs moyens pondérés demeurent moins élevés dans les DCOM de la zone euro que dans l’Hexagone.

Lire la suite

 Actualités de l’Institut et suivi de place

Publication : « Tendances conjoncturelles 2e trimestre 2019 »

Après avoir atteint au trimestre dernier son point le plus haut depuis 2012, l’ICA s’incline légèrement à fin juin (-2,8 points), à 103,0 points.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Publication : « Tableau de bord économique de la Guyane »

Publié dans le cadre du partenariat Cerom, le tableau de bord économique de la Guyane apporte une vision synthétique de l’évolution conjoncturelle du département au travers d’une sélection d’indicateurs macroéconomiques. Cette publication a été renforcée et regroupe désormais près de 40 indicateurs économiques régionaux réunis autour de six grands thèmes : les principaux indicateurs macroéconomiques, la consommation, l’investissement, l’analyse sectorielle, l’analyse financière et la vulnérabilité des acteurs économiques.

Le tableau de bord est accessible chaque trimestre pour la Guyane comme pour l’ensemble des DOM sur le site du partenariat CEROM.

Cette publication de l’Iedom est disponible sur : www.cerom-outremer.fr/guyane/

 Actualités économiques locales

Économie verte : constructions et modernisations des déchetteries

Afin de répondre aux besoins de la population et aux défis environnementaux, plusieurs projets de déchetteries vont émerger en Guyane.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Spatial : test de nouveaux outils d’envoi de satellites

Au centre spatial guyanais, l’ONERA, l’organisme français de recherche aérospatiale a testé un nouveau système de lanceur permettant le lancement aéroporté de petits satellites : un drone embarquant une fusée qui lance des petits satellites.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Augmentation des prix en août de 0,6 %

Selon l’Insee, en août 2019, les prix à la consommation des ménages en Guyane progressent de 0,6 %. Les prix des services (+2,1 %) de l’alimentation (+0,2 %) augmentent, tandis que les prix de l’énergie (-3,9 %) et des produits manufacturés (-0,4 %) diminuent.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Hausse du prix des carburants et du gaz

À compter du 1er septembre 2019, l’arrêté préfectoral établit le prix de vente au détail pour le gazole à 1,43 €/litre (-3 centimes par rapport à aout) et à 1,62 €/litre pour l’essence (-5 centimes par rapport au mois d’aout).

Lire la suite

 Actualités économiques régionales

Les perspectives économiques de l’Argentine s’assombrissent de nouveau

En 2018, l’Argentine faisait face à des difficultés économiques et entrait en récession au second trimestre. Le pays avait alors sollicité un prêt de 57 milliards de dollars auprès du Fonds Monétaire international (FMI). Ce dernier devait permettre de renforcer les réserves en devises du pays et de stabiliser les marchés afin de redonner confiance aux investisseurs.

Lire la suite
. . . . . . . . . . . .

Le Brésil baisse ses taux pour redynamiser sa croissance

Le 18 septembre, la Banque centrale du Brésil a baissé son taux directeur, à 5,5 % (-0,5 point), afin de soutenir la croissance en relançant la consommation et l’investissement.

Lire la suite